Genre et santé

Les femmes vivent plus longtemps mais les hommes sont en meilleure santé : un paradoxe ? Les analyses de genre montrent à quel point les normes sociales, les trajectoires de vie et les événements clés qui les jalonnent façonnent les personnalités, les représentations et les rôles, avec des différences notables pour les hommes et les femmes. L’intérêt partagé par l’épidémiologie sociale et les analyses de genre pour les approches parcours de vie encourage au développement de recherche sur les différences de santé entre hommes et femmes à travers le prisme du genre. Les rapports sociaux de sexe, et la manière dont ils conditionnent la santé (comportements, expositions), expliquent ainsi une partie de ces différences de santé. On étudie les liens entre le rôle social des femmes et des hommes et leur santé, à travers leur place au sein de la société, de la famille, sur le marché du travail.

Différences de santé entre femmes et hommes : une affaire de sexe ou de genre ?

Le projet "Inégalités de santé entre hommes et femmes" (ISHEF) débuté en 2013, sous ma responsabilité (appel à projet de l’IRESP), vise à analyser des différences face aux maladies, aux incapacités et à la dépendance pour identifier des facteurs en lien avec les situations familiales, professionnelles et de santé. Ce projet repose sur une collaboration pluri-disciplinaire pour apporter des regards croisés sur les déterminants de ces différences (C Bonnet, M Khlat, F Meslé, A Pailhé, AF Molinié).

Santé et qualité de vie des femmes victimes d’excision : l’enquête "Excision et Handicap" (ExH)

Dans le cadre des études sur le genre et la violence, j’ai participé à un projet sur les conséquences de l’excision. En 2004 on estimait à 53 000 le nombre de femmes adultes excisées résidant en France. Les mutilations sexuelles exposent les femmes à des problèmes de santé chroniques mais aussi à des difficultés quotidiennes dans leur vie sexuelle et affective. Les premiers sont connus mais rarement quantifiés; les secondes sont beaucoup plus mal connues. Nous avons élaboré une enquête cas/témoin pour évaluer à quels risques spécifiques exposent les mutilations génitales féminines (ANR-DGS-INED. 2006-2009).

  • Andro, A., M. Lesclingand, and E. Cambois. 2009. Les mutilations sexuelles féminines en France. Fiche d’actualité, INED 10(Décembre): 1-3 .
  • Andro, A., M. Lesclingand, E. Cambois, and C. Cirbeau. 2009. Volet quantitatif du projet Excision et Handicap (ExH) : Mesure des lésions et traumatismes et évaluation des besoins en chirurgie réparatrice. Rapport final., 87.
  • Andro A., Cambois E., Lesclingand M. 2014. Long-term consequences of female genital mutilation in a European context: Self perceived health of FGM women compared to non-FGM women. Soc Sci Med. 106:177-84. (doi:10.1016/j.socscimed.2014.02.003)

Vers les autres domaines de recherche

Incapacités et dépendance

Facteurs sociaux, parcours de vie